Discours du cent vingtième anniversaire.

Messieurs les Conseillers Régionaux
Messieurs les Conseillers Généraux
Monsieur le Maire Délégué
Messieurs les Prêtres
Messieurs les Chefs d’Entreprises
Mesdames Messieurs Présidents d’Associations
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis de la Société et du Patro Florentais,


    L’histoire de la Société de Saint-Florent est longue, mais claire et précise dans ses dates, ses références, ses évènements et dans le nom de ses acteurs !
1872 - 1992
120 ANS

    On pourrait la commencer comme les contes de Perrault et, grâce à l’extrême sollicitude de Monsieur le Baron Pierre de BODMAN, emprunter une anecdote de ses connaissances.

    Il était une fois, vers 1873, le Curé Doyen de CONSTANCE, ville située sur les bords du lac du même nom, en Allemagne, qui, de passage à Saint-Florent, rendait visite à Madame la Vicomtesse de la FREGEOLLIERE, grande bienfaitrice de la paroisse, arrière-grand-mère de Monsieur de BODMAN. Celle-ci conseilla à notre curé-doyen de voir comment le curé de Saint-Florent, l’Abbé Henri ESNAULT, avait organisé un lieu de détente dans une salle du presbytère, pour y accueillir ses paroissiens. Cette était située dans l’enceinte du jardin, déjà fort entamé par la construction d’un hangar abritant un terrain de boule, en terre battue.
    Devant son étonnement, l’Abbé ESNAULT lui expliqua qu’il avait, l’année passée, sacrifié une partie de son clos pour édifier une salle de réunions et un jeu de boules. Cela lui permettait d’inviter, le dimanche soir, des jeunes gens pour une partie de cartes ou de boules, et ce, sans aucune distinction, qu’ils soient pratiquants habituels ou occasionnels ! C’était déjà la Société !

    En 1874, l’Abbé Théophile VAUGOIN prendra en mains, l’œuvre commencée et cela, pendant 35 ans.
    Le curé Pierre CHOLLET prend le relais début 1910, et l’on fête le cinquantième anniversaire ainsi que l’inscription du 100ème membre, par un banquet dans la salle Jeanne d’Arc, sous la présidence de Monseigneur RUMEAU.
    Déjà vicaire durant une partie du sacerdoce du curé CHOLLET, l’Abbé Paul MARTINEAU lui succède en 1925 et ce n’est que 27 ans plus tard qu’il quitte son poste, après avoir fortement marqué de son empreinte d’homme juste, droit et intègre, la paroisse elle-même de la Société.

    Comme le dirait PAUL notre chroniqueur local, mmmmmmmmmmm avec son humour habituel : dans l’ordre, même le dimanche soir, mais jamais dans le désordre, les curés Présidents se succédèrent à la tête de l’œuvre entreprise :
    Louis MARCAIS de 1952 à 1960
    Marcel POUPARD de 1960 à 1965 avant de passer le relais aux laïcs.

    Monsieur André CARRE, déjà pionnier de la gymnastique et de la clique, puis du théâtre, prend les rênes en 1965 et les redonne deux ans plus tard à un plus jeune que lui, Joseph AUDOIN, qui avait déjà pas mal roulé sa bosse au sein des diverses activités paroissiales, mais qui, avec sa bonne humeur habituelle, accepta ce nouveau poste, comme si de rien n’était. De 1967 à 1973, il remplit son rôle avec fidélité et abnégation, et lance, en Mai 1972, le centième anniversaire de la Société.
Dans l’exposé qu’il fit ce jour-là, Monsieur CARRE, à la demande de son Président, retraça les grandes lignes de l’Association et, surtout, mit l’accent sur l’entraide, l’amour du prochain, le don de soi, l’esprit créatif.

    Nous nous félicitons aujourd’hui, nous Florentais de La Cure, d’avoir garder cet esprit associatif et ce, grâce à tous ceux qui nous ont précédés et qui, par leur droiture, leur disponibilité à l’autre, par leur sens du devoir humain, nous ont indiqués clairement le chemin à prendre pour être toujours DEVANT ! pour être l’EXEMPLE !
    Croyez-moi, si l’on en juge par le nombre de Présidents élus en 120 ans, 9 au total, la Société de Saint-Florent n’est pas prête de s’éteindre.

    Cette vieille Dame que nous aimons tous et qui a pour devise : ENTENTE ! JOIE ! AMITIE ! nous donne rendez-vous en 1997 pour ses 125 ans et, peut-être plus encore ! qui sait ?

    Aujourd’hui Mesdames et Messieurs, chers Amis présents à notre histoire, soyez vivement remerciés pour la chaleur que vous nous avez apportée en répondant PRESENT à notre invitation.

    C’est par là-même, un véritable signe d’encouragement à poursuivre nos efforts dans une ligne de conduite impartiale.

M. Claude BOURGOIN